Axe 3 – Savoirs, science et liberté d’expression

Thibaud Boncourt (Université Jean Moulin Lyon 3), Maryse Potvin (UQAM)

La liberté d’expression est aussi un objet qui intéresse directement le domaine de la production et de la diffusion des savoirs. Elle apparaît d’abord inhérente à la démarche scientifique, en ce qu’elle crée les conditions de la multiplication d’hypothèses, de l’émergence de controverses et de la cumulativité des connaissances. Elle joue également un rôle dans la diffusion des savoirs au sein du champ académique, dans le cadre d’activités pédagogiques, dans d’autres sphères sociales et au cours de débats publics. La notion s’articule ainsi à celle de liberté académique, entendue comme un droit spécifique aux universitaires, inscrit dans le droit international, et garantissant leur liberté d’enseignement, de recherche et d’expression. Elle pose aussi la question de la liberté pédagogique et de l’autonomie professionnelle des enseignant·es dans l’ensemble du système éducatif, du primaire jusqu’à l’université.

Sur la période récente, ces libertés ont été remises en causes par différents processus. Dans des régimes dits « illibéraux », des champs de recherche entiers (comme les études de genre) et des institutions académiques (comme l’université d’Europe centrale à Budapest) ont été la cible d’interdictions ou d’encadrements drastiques. Dans des contextes plus démocratiques, des universitaires et les savoirs qu’ils·elles produisent ont également fait l’objet d’attaques de formes diverses — coupures de financements, actions en justice (procédures-baillons, procès en diffamation), campagnes de dénigrement, désinformation, mises à pied, etc. Des débats émergent également quant aux limites de la liberté d’expression à l’université, aux liens entre militantisme et démarche scientifique, à l’articulation de la liberté académique avec le pilotage politique et économique de la recherche, ou encore à l’impact des inégalités sociales sur la production et la diffusion des savoirs. De nouvelles régulations, qui font débat, viennent aussi encadrer plus strictement les pratiques professionnelles des enseignant·es et des chercheur·ses, par exemple en contrôlant leur caractère éthique et intègre et en faisant évoluer les régimes de sanctions.

Ces formes de limitation et d’encadrement des libertés académiques sont le fait d’acteurs variés et ont des finalités tout aussi diverses. Elles peuvent impliquer les universitaires elles et eux-mêmes, qui développent de nouvelles pratiques ou structures pour contrôler les activités de leurs collègues et dénoncer celles qu’ils·elles perçoivent comme déviantes. Elles peuvent aussi être le fait d’acteurs politiques et politisés, qui visent par divers procédés à limiter le développement de certains champs de recherche. Dans des cas de controverses ou « d’affaires » fortement publicisées, des acteurs médiatiques, des tribunaux ou encore des citoyen·nes ordinaires peuvent également jouer un rôle. Les savoirs et pratiques professionnels des enseignant·es et des chercheur·ses, sont ainsi constitués en objets de débats à géométrie variable, pouvant mettre en jeu des considérations tant morales que juridiques.

Ces évolutions ont partie liée avec le développement concomitant d’autres régimes de véridiction. Des groupes divers, alternativement valorisés (comme « alternatifs » par exemple) ou stigmatisés (comme « complotistes » par exemple), se revendiquent en effet de la liberté d’expression pour proposer d’autres modes de production des savoirs, en dehors des institutions les plus consacrées. La question de la liberté d’expression s’articule ainsi étroitement aux luttes pour la construction sociale de la « vérité ».



Citer ce billet
Colibex (2023, 7 juin). Axe 3 – Savoirs, science et liberté d’expression. Chaire COLIBEX. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://libexpress.hypotheses.org/1232

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search